Agroforesterie

Définitions

  • « L’agroforesterie » désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et/ou animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. Ces pratiques comprennent les systèmes agro-sylvicoles mais aussi sylvo-pastoraux.

    Pépinière de Dioral - août 2015

     
  • « Les arbres fertilitaires sont des variétés qui captent l’azote de l’air et dont l’activité enrichit la couche arable d’une terre, en améliore la texture et en favorise la structuration. Résistants à la sècheresse, ils se caractérisent par de faibles besoins en eau et s’acclimatent aisément aux zones sahéliennes. Plantés en agroforesterie, ces arbres permettent de sécuriser les parcelles, de fertiliser les sols, de résoudre les problèmes d’érosion, d’augmenter les rendements agronomiques en créant un microclimat propice aux cultures et de fournir, à terme, des ressources en bois et fourrage.
     
    D’après les résultats obtenus par l’APAF Togo, la plantation d’arbres fertilitaires permet d’augmenter les rendements agronomiques à hauteur de 30 % (sans engrais chimiques ni compost) à partir de la quatrième année de plantation.
  •  

  • « Une pépinière » est un terrain sur lequel sont réalisés des semis d’arbres rangés en lignes, élevés jusqu’à ce qu’ils puissent être transplantés.

Nos programmes

Les programmes agroforestiers lancés par ASPS en 2014 visent à démocratiser l’association d’arbres fertilitaires aux cultures afin de:

  • protéger le cadre de vie des familles paysannes pour leur permettre de vivre durablement du travail de la terre ;
  • renforcer la sécurité alimentaire par la fertilisation des sols ;
  • augmenter les rendements agronomiques ;
  • permettre un apport de fourrage et de bois supplémentaire pour diversifier les sources de revenus et diminuer la pression anthro-pomorphique sur les boisements naturels.

En 2014, plus de 10,000 arbres fertilitaires ont été plantés sur les parcelles de paysans volontaires de la région de Fatick, au Sénégal. Un an plus tard, les arbres plantés de plein champs mesuraient entre 1m50 et 2m. Les acacias mélifera plantés en haies vives en bordures des champs mesuraient entre 1m et 1m50. Forts de cette période d’expérimentation, ASPS a rehaussé ses objectifs pour l’année 2015 avec la plantation de 30 000 arbres dans dix localités différentes.

Usage raisonné des ressources en bois

Fabrication des fourneaux - Novembre 2010

 

Les besoins en bois sont élémentaires en milieu rural, les familles paysannes disposant de peu ou pas d’accès à d’autres ressources énergétiques. C’est pourquoi ASPS a mis en place des actions de reboisement des parcelles grâce à des espèces d’arbres à croissance rapide, comme l’eucena.
L’association a en outre développé, en coopération avec l’association Bolivia Inti Soleil, des outils adaptés aux besoins de ces populations, alliant efficacité thermique et économie en bois.

 

Au démarrage de l’activité, ces Fourneaux Économes en Bois (FEB) étaient produits par des artisans locaux. Mais leur qualité étant inégale, un atelier a été construit au centre de Ndiémane afin d’assurer un suivi de leur fabrication. La diffusion s’organise en vente directe ou grâce à une avance de trésorerie (coût : 20 euros pour les petits fourneaux, 28 euros pour les grands).

 

Les femmes tiennent un rôle essentiel dans l’organisation sociale de la famille et du village. Ce sont elles qui transmettent cette dynamique de gestion économe des ressources naturelles, tout en cheminant vers plus d’autonomie. Des animations autour de l’usage du fourneau, de l’intérêt de l’agroécologie et de la reforestation sont organisées à l’intention des utilisatrices.

Questions/Réponses

Les arbres fertilitaires ne rentrent-ils pas en compétition pour l’eau avec les cultures complantées?
Les arbres fertilitaires ont besoin d’eau lors de leur croissance et doivent être arrosés lors de leurs deux premières années. C’est pourquoi le programme ‘Reverdir le Sahel’ ne sélectionne que des paysans volontaires possédant un puits sur leur parcelle.
Une fois arrivés à maturité, les arbres fertilitaires font preuve de très faibles besoins en eau. Ils ne requièrent pas d’arrosage et leur structures racinaire leur permet de ne pas rentrer en compétition pour l’eau avec les cultures associées. Bien au contraire, les arbres fertilitaires permettent de remonter l’eau profonde et créent ainsi un microclimat sur la parcelle.
 
Les arbres fertilitaires plantés sur les parcelles ne font-ils pas trop d’ombre aux cultures complantées ?
Le climat au Sénégal est semi-aride et les températures avoisinent 45-50 degrés au soleil. Il y a généralement trop de lumière et pas assez d’ombre, ce qui nuit aux cultures et provoque un phenomène d’évaporation des ressources en eau. Pour pallier le risque d’un trop-plein d’ombre, les formations de pépiniéristes organisées par ASPS en partenariat avec l’APAF, encourage les paysans à tailler leurs arbres en tétard. Si le problème persiste, il est enfin possible de couper certains arbres, ce qui générerait une production de bois d’usage et de chauffe supplémentaire, répondant ainsi à un problème majeur de raréfaction des matières combustibles au Sénégal.
 
>> Posez-nous vos questions à contact@agrosol-sahel.org