L’association

Son origine

L’association est née en 2007 de la volonté d’un homme, Pierre Gevaert, militant agroécologique de longue date. Devant les conséquences néfastes de la désertification, il entreprend d’aider les paysans sahéliens à se réapproprier leurs terres. Comment ? En créant des oasis clôturées, dotées d’un puits et en revalorisant les savoir-faire traditionnels éclairés des nouvelles connaissances en agroécologie.

C’est ainsi que débute une collaboration étroite avec l’association Terre & Humanisme PESI, fondée par Pierre Rabhi.

Sa mission

Agroécologie & Solidarité avec les Peuples du Sahel accompagne les familles paysannes dans la lutte contre la désertification des pays sahéliens, le Sénégal en particulier. Ces appuis techniques et financiers permettent aux paysans de renouer avec certaines de leurs traditions tout en intégrant des techniques modernes.

Face à la menace d’une crise alimentaire mondiale, nous mesurons l’urgence de coopérer à un projet global de sauvegarde d’une agriculture locale et de son environnement, par les apports intelligents et durables que propose l’agroécologie.

 

 

10 minutes de vidéo tournées en 2008 pour découvrir les activités d’ASPS, alors dénommée Sahel People Service (SPS).

 

ASPS travaille en synergie avec l’association sénégalaise AFAFA afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations rurales dans le bassin arachidier de Fatick. Cette cogestion a été mise en place à partir de l’expérience de l’association Terre & Humanisme dans la région de Gao, au Mali.

 

L’objectif à long terme de ce partenariat est triple :

  • lutter contre la désertification par la création d’oasis reforestées;
  • permettre aux familles paysannes d’accéder à une autonomie et une souveraineté alimentaire;
  • respecter l’environnement par une gestion économe des ressources naturelles.

Son évolution

En 2011, ASPS décide de préciser sa stratégie et engage la mise en oeuvre d’une formation d’animateurs en agroécologie pour de meilleurs résultats.

Elle spécifie ses objectifs :
 

  • Développer des actions de formation d’animateurs paysans en agroécologie, intégrant un dispositif de suivi ;
  • Soutenir techniquement et financièrement la mise en place d’oasis maraîchères, dans une perspective de production et de démonstration agroécologique ;
  • Accompagner des initiatives de fermes pédagogiques et de champs écoles, administrés par les groupements paysans au sein des villages ;
  • Agir auprès des familles paysannes :

- pour les sensibiliser au drame de la désertification en leur proposant des fourneaux économiseur de bois, mais aussi aux limites des intrants chimiques et des semences industrielles ;

- Pour les initier aux principes de l’agroécologie : respecter la nature, nourrir la terre pour qu’elle nous nourrisse, protéger la végétation encore existante, contribuer à la reforestation ;

- Pour créer des oasis maraîchères durables (creuser un puits, clôturer la parcelle, protéger la terre de l’érosion par la reforestation, l’installation de cordons herbeux…). Une collaboration qui s’accompagne de la signature par les paysans bénéficiaires d’une charte agroécologique et d’une formation afin d’assurer la pérennité de l’exploitation des cultures et des nappes phréatiques.

 

« Notre but commun est la sécurité et la souveraineté alimentaire »